AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

and all i ever knew , only you...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Prénom : Kim
Messages : 58
Date d'inscription : 21/08/2010
Age : 24
Localisation : Montreal :)
Crédits : Cristalline <3

H I D D E N . B O X
◊ Âge: 18 belles années et toutes mes dents!
◊ Love me or hate me:
◊ Topics: open

MessageSujet: and all i ever knew , only you... Dim 10 Oct - 19:55

Alex & Deloah ♥


« we built it up to watch it fall
like we meant nothing at all... »




    Cette journée. Cette fameuse journée que Deloah attendait pour faire un vœu. Oui, elle croit à ce genre de trucs, faire des vœux. En fait, nous sommes le dix octobre 2010 et la jeune femme trouvait que 10/10/10 méritait d’être fêté en faisant un souhait. Ce qu’elle avait fait à son réveil ce matin. En fait, près de son réveil. Elle s’était levée à dix heures une minute. Elle fit son vœu à dix heures dix minutes et dix secondes. Un peu fou? Peut-être. Mais la jeune femme y croyait réellement, et nous savons tous que lorsque nous croyons fort à quelque chose, les chances que ça se réalise sont fortes.

    « Deloah! Viens ici tout de suite! Tu m’avais dit que tu m’aiderais à préparer le souper pour ce soir! » Amédia. Sa mère. Toujours là à lui rappeler que la famille est très importante, et qu’il faut qu’elle participe aux préparatifs de Thanksgiving. De la merde. Deloah déteste aider à préparer le repas, et la table, et les décorations. Sa mère fête Thanksgiving en grand, et Deloah commence à trouver ça franchement très nul, mais elle n’a pas le choix de se prêter aux préparatifs. Par chance, elle peut se lever à l’heure qu’elle le souhaite le matin de cette journée tant que ça ne dépasse pas midi. C’est toujours ça. Soit, Deloah descendit les marches à dix heures quinze minutes, dans son pyjama. Des shorts bleus et une camisole blanche. Très banal mais tellement confortable. « Bon, tu veux que je fasse quoi m’man? » Sa mère lui pointa la table. Génial. Elle pouvait déjà prédire qu’elle aurait à repasser les napperons d’occasion beiges qui ont coûtés une fortune, à agrandir la table, à nettoyer toutes les chaises, à placer les chandeliers, à sortir l’argenterie de grandes occasions, à pratiquement faire de l’origami pour que les serviettes en papier soient stylisées et à placer les coupes à vin. Super. Déjà là, elle en aurait pour un bon deux heures. Autant s’y mettre tout de suite. « Après, tu iras à l’épicerie. J’ai fait une liste de ce que j’ai besoin et je te donnerai cents dollars pour payer le tout. » La mère se retourna vers Deloah, qui avait un visage découragé et dépourvu d’un quelconque sourire. « Bon, vas te changer au moins! Et sourie! Ce n’est pas tous les jours que nous recevons la famille d’Égypte. Alors soit gentille et aide-moi. Avec le sourire. » Deloah fit une grimace à sa mère. Puis elle monta dans sa chambre se préparer au pire. Ce n’est pas qu’elle n’aime pas sa famille d’Égypte, mais plutôt qu’elle n’aime pas tout préparer. Elle aimerait que ça soit simple. Une soirée en famille, pas obligé de paraître parfait. Malheureusement, ce n’est pas le point de vue de sa mère.

    Devant son dressing, l’envie de ne rien faire lui prit. Hélas, elle savait qu’elle n’avait pas le choix. Alors la jeune femme enfila un vieux jean délavé et une camisole noire Ed Hardy. Aux pieds, ses tongs rouge écarlate favoris. Elle s’attacha les cheveux et descendit à la cuisine de nouveau. Sa mère se tourna vers elle. « J’espère que tu te changeras et t’habilleras propre pour ce soir. En fait non, je n’espère pas, tu te dois de te mettre en robe ce soir. » Ouais. Elle le savait. Maintenant pouvait-elle la laisser tranquille? Déjà qu’elle allait se coller une journée emmerdante. Deloah se mit au travail. Elle fit le ménage, arrangea la table et tout ce qui va avec… Deux heures plus tard, elle prit la liste et l’argent de sa mère, se dirigeai vers l’entrée, prit ses clés et son porte-monnaie et sortit dehors. Elle entra dans sa voiture, une audi noire 2006, et mit ses RayBan noires sur son nez. Elle les laissait toujours dans son automobile. Elle posa son porte-feuille et la liste sur le siège passager, après avoir prit soin de mettre l’argent de sa mère dans son porte-monnaie. La jeune adulte démarra et se dirigeai vers l’épicerie.

    À l’épicerie, elle prit la liste et commença à chercher les items demandés par sa mère, RayBan sur la tête puisqu’elle était à l’intérieur. Elle croisa des amis et leur parla un peu. Après tout, rien n’interdisait ceci. Environ une heure plus tard, elle était de retour à la maison, quatre ou cinq sacs plein en main. « Merci Deloah. Maintenant j’apprécierais que tu ailles te doucher et te préparer. La famille arrive d’ici une heure, soit vers treize heures. » La jeune femme monta donc les marches sans répondre à sa mère. Quoi mettre ce soir? Elle savait bien que si elle n’était pas assez chic, sa mère la ferait retourner se changer.

    Amenesty prit sa douche et retourna vers son dressing. Quoi mettre? Elle sortit une paire de bas-collants gris qui laissaient paraître la peau au travers et les enfila. Mais quelle robe mettre? Elle en avait plusieurs suite aux galas auxquels elle avait participée. Alors ce n’était pas le choix qui manquait. Elle finit par opter pour une robe blanche, grise et noire d’Alice + Olivia. Elle enfila aussi des talons noirs Jimmy Choo. Sa mère ne devrait pas être déçue… La jeune femme retourna à la salle de bain, se boucla les cheveux et se maquilla puis redescendit à l’endroit où sa mère était depuis ce matin : la cuisine. « Tu es parfaite Deloah! » Amédia souria à sa fille. C’était une fierté pour les égyptiens de voir leur ‘enfant’ s’habiller chic. Allez savoir pourquoi. Les invités arrivèrent quelques minutes plus tard.

    (…)

    La soirée avait été plus ou moins ennuyante. Les adultes discutaient ensemble de tout et de rien n’intéressant pas Deloah, et ses cousines, qui étaient pour la plupart plus jeunes qu’elle, n’avaient pas arrêtées de tirer sur la robe de Deloah pour jouer avec elle. La jeune femme adorait les enfants, mais elle avait son point limite. Il était près de vingt-trois heures lorsque la famille partit. Pour la plupart, car quelques-uns restaient dormir à la maison. Mais ceux-ci dormaient vers les vingt-trois heures aussi. Deloah eut donc finalement la permission d’aller dans sa chambre. Alléluia. Elle enleva ses talons qui commençaient à lui faire franchement mal au pied, puis sa robe et ses collants. Elle n’enfila par contre pas son pyjama, mais plutôt ses jeans délavés et sa camisole Ed Hardy de tout à l’heure, ainsi que ses tongs rouges. Vingt-trois heures et elle n’allait pas dormir. Non, pas l’envie. Elle avait eue une journée longue et ennuyante. Elle avait une migraine, mais elle avait franchement besoin d’aller prendre l’air. Elle descendit vers l’entrée, son sac à main Gucci noir sur son épaule gauche et croisa son père. Elle lui dit qu’elle sortait et reviendrait plus tard, de ne pas s’inquiéter. Il ne pouvait d’ailleurs pas lui en empêcher, elle était majeure. La jeune femme prit ses clés et embarqua dans sa voiture pour finalement démarrer. Elle roula quelques instants et se stationna finalement à un endroit ayant des airs perdus. Où était-elle? À la rivière de Swifts Creek. La jeune femme adorait y venir pour relaxer. Elle ouvrit la valise de son véhicule et y mit son sac à main. Elle garda seulement ses clés et son Blackberry. Deloah se dirigea vers la rivière et marcha quelques instants, jusqu’à ne plus voir son véhicule. Elle s’asseya finalement sur un rocher près d’une des cascades de la rivière et ferma les yeux, écoutant paisiblement le bruit de l’eau tombant et ruisselant. Dix minutes plus tard, l’envie lui prit de parler à quelqu’un, quelqu’un en particulier. Il était vingt-trois heures quarante. Elle ouvrit son Blackberry et envoya un sms à Alex… Oui, Alex.

    Citation :
    J’aimerais bien qu’on parle de tout et de rien comme dans le bon vieux temps. Je suis à la rivière, à environ un kilomètre vers la droite de mon véhicule. Viens me rejoindre si l’envie de prend de discuter.
    xox, Deloah.
    p.s. je serai là jusqu’à une heure environ.

    Elle remit son Blackberry dans ses poches de jean et referma les yeux, pour se concentrer de nouveau sur le bruit de l’eau. Le calme. Enfin.



(c) copyrights
code : candids.tk
icônes : bazzart
paroles : i can't hate you anymore - nick lachey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Prénom : Maëli
Messages : 118
Date d'inscription : 18/09/2010

H I D D E N . B O X
◊ Âge: 19.
◊ Love me or hate me:
◊ Topics: open

MessageSujet: Re: and all i ever knew , only you... Dim 17 Oct - 22:27

Alex & Deloah ♥


« Maybe you can help me.
Maybe you could be the one.
Maybe I love you. »




Ce jour la c’était Thanksgiving, mais cela faisait des années que je ne l’avais pas fêtais. En fait plus vraiment depuis la mort de ma mère. Ma mère était morte il y a maintenant plusieurs années, et d’ailleurs c’est cela qui faisait en partie ce que j’étais a présent. Je sais bien que les personnes réagissent toutes différemment a la mort d’un proche et la encore j’en avais eu la preuve a la mort de ma mère. Mon père était devenus beaucoup plus protecteur envers ma sœur et moi. Ma sœur c’était beaucoup rapproché de moi et de mon père et moi… Moi j’avais été pitoyable. J’avais commencé à boire, et a me droguer, ce que je faisais depuis maintenant des années. Je prenais tout genre de drogue, médicaments, cocaïne, chiite, … Je savais bien que ma sœur et mon père avaient tout deux essayait de m’aider mais rien a faire, je ne pouvais pas et ne voulais pas arrêter. C’était la seule chose qui me permettait de me sentir bien, de mettre de coté tout les problèmes que j’avais. Elle était la seule chose qui me permettait de m’évader. Seulement je savais bien que tout le monde n’était pas de cette avis. Parker, ma meilleure amie, détestait que je me détruise ainsi. Chaque fois qu’elle abordait ce sujet cela finissait en dispute. Je savais bien qu’elle avait raison mais je ne voulais pas en parler, je n’aimais pas parler de moi ou de mes sentiments, de ce que je ressentais. Je n’étais tout simplement pas ce genre de mec a dire quand ca n’allait pas. Plutôt que d’en parler de snifer un truc ou fumer et ca allait mieux en un sens. Mais ce sujet la amenait très souvent a des disputes entre Parker et moi, même si elle était ma meilleure amie. Elle m’avait d’ailleurs souvent défendu de voir sa sœur a cause de cela mais je ne m’étais pas gêné pour voir Deloah quand même.

Donc. Ce jour la, enfin plutôt le soir car je m’étais réveillé moi même a 16 heures de l’après-midi. J’étais allez me doucher rapidement avant d’enfiler un jean, un t’shirt et un sweat a capuche. Ce soir j’avais prévu de sortir et de me mettre bien a l’envers si on dit cela comme ca. A 21 heures je pris la direction de la maison de Lucas, un de mes amis qui était aussi net que moi. Je passais la soirée a draguer des filles et a boire, ainsi qu’a faire des choses qui sont punis par la justice. J’avais finit par m’isoler avec une fille, Lucy, une fille avec qui j’avais déjà eu quelques aventures. Nous avions danser serrer l’un contre l’autre, mes mains allant sur ses fesses et mon visage allant dans son cou. Je l’avais ensuite attirer a l’écart en l’embrassant. Je la plaquait doucement contre le mur dans le couloir avant de rentrer dans une chambre et de nous y enfermer pour être tranquille. Je l’embrassais dans le cou, mes mains caressant sa peau en dessous de son t’shirt. Je retirais mon t’shirt avant de la faire reculer vers le lit. Je l’allongeais sur le lit en lui retirant son t’shirt, mais quelque chose perturba ce moment – qui n’avait absolument rien de romantique - quand mon portable vibra. Je sortis mon portable de ma poche et vu un message de Deloah.
Citation :
« J’aimerais bien qu’on parle de tout et de rien comme dans le bon vieux temps. Je suis à la rivière, à environ un kilomètre vers la droite de mon véhicule. Viens me rejoindre si l’envie de prend de discuter.
xox, Deloah.
p.s. je serai là jusqu’à une heure environ. »
Je me redressais en silence, perturbé dans ce que je devais faire. Devais-je rester ou partir rejoindre Deloah. Lucy, la fille, essayait de me tirer en arrière pour reprendre la ou on en était mais je l’a repousser. « Tu devrais retourner a la fête ». Mais elle ne s’arrêtait pas ce qui eu le don de m’énerver. « Bon vu que tu comprend pas je vais te le dire plus clairement. Dégage tu m’intéresse pas ». Je savais bien que ce n’étais pas sympa, que d’ailleurs je ne l’étais pas vraiment avec les filles. Mais avec Deloah c’était… Diffèrent.

Ce que je ressentais pour Deloah était… Bizarre. Je n’avais jamais été amoureux auparavant et je ne voulais pas croire que je l’étais. L’amour fait souffrir je ne le savais que trop bien et je ne voulais pas tomber amoureux. Je préféré jouer avec les filles comme a mon habitude. Je préférais aller a une soirée, boire, me droguer et finir dans le lit d’un fille que de me poser dans une relation. Je n’en étais pas prêt croyais moi. J’avais peur des vrais relations, de celle qui dure et ou les gens tombe de plus en plus amoureux, les relations ou l’on souffre sans cesse. J’avais peur de ca. Même si je dois avouer qu’à mes yeux Deloah était… différentes. Les choses que je ressentais bizarre pour elle me faisait peur et c’est pour cela que j’essayais de les repousser, de les éloigner. Je ne savais pas comment me comporter avec elle alors je laissais faire les choses et des fois mes réactions n’était pas très sympa quand j’étais avec elle. Perdue dans mes pensées je renfiler mon t’shirt et mon pull et sortit de la fête. Je mis ma capuche sur la tête et allant vers la rivière je me roulait un bédo que je fumais en marchant. Ca ma faisait du bien, j’avais enfin cesser de penser a tout ca. J’étais encore dans un état lamentable mais au moins cela me permettrait d’être a l’aise avec Deloah en face de moi.

Je marchais donc en direction de la rivière et au lieu de mettre dix minutes je crois bien que j’en avais mis vingt. Mais au moins j’étais arrivée. Ne me rappelant plus de l’endroit ou Deloah m’avait dit qu’elle était je regardais a nouveau le SMS et pris la direction de l’endroit ou devait se trouver Deloah. J’avais bien sur entre temps, pu fumer un deuxième bédo et je le jetais quand je la remarquais un peu plus loin. J’étais loin d’être clean mais elle était encore plus belle que dans mes souvenirs. Je m’approchais d’elle, gardant ma capuche sur la tête, les mains dans la poche de mon sweat. « Hey. Salut Dely. ». Je lui avais toujours ce surnom depuis que nous étions amis. J’aimais bien l’appeler comme cela. Et j’espérais qu’elle ne remarquerait pas que j’étais totalement déchiré.





[HS : J'espère que ça te convient.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Prénom : Kim
Messages : 58
Date d'inscription : 21/08/2010
Age : 24
Localisation : Montreal :)
Crédits : Cristalline <3

H I D D E N . B O X
◊ Âge: 18 belles années et toutes mes dents!
◊ Love me or hate me:
◊ Topics: open

MessageSujet: Re: and all i ever knew , only you... Dim 17 Oct - 23:26

    Cette voix résonna à travers cet endroit calme et sans bruits mis à part les cascades. Cette voix qui détonna à travers le reste. Elle la reconnaîtrait parmi mille. Elle savait parfaitement qui c’était… Et bien qu’elle ne croyait pas qu’il viendrait vraiment la rejoindre, elle était heureuse de le savoir ici. Avec elle. Ça faisait longtemps qu’ils n’avaient pas eus de vraies conversations. En fait, pratiquement un an. Bien sûr, lorsqu’elle l’avait vu dans le bahut, elle avait échangé son numéro de portable avec le sien, mais aucune vraie conversation. C’était donc avec surprise mais bonheur que la jeune femme entendit sa voix. Il était vraiment venu. Super. Deloah se leva et vint à sa rencontre, sur la terre ferme et non sur son petit rocher. « Hey! Contente que t’aies pu venir! » lui dit-elle avec le sourire le plus franc jamais vu. Elle était réellement, sincèrement heureuse de le voir. Bien évidemment, un peu gênée car elle lui avait envoyé un sms assez tard. « Je ne t’ai pas réveillé j’espère? » Bien qu’elle se doutait de la réponse, elle préférait en être certaine. Après tout, elle se sentirait vraiment mal de l’avoir réveillé.

    Deloah se rassit sur le rocher de tout à l’heure et y fit une place à Alex, qui se joint à elle. « Alors, raconte-moi tout depuis le temps! Hawaii ne te manque pas trop? Comment se fait-il que tu sois à Swifts Creek? Ça fait un bail qu’on n’a pas parlé! » La brunette souria au jeune homme. Une tonne de questions, et elle avait hâte de savoir les réponses. Le destin fait bien les choses, évidemment. Elle l’avait rencontrée à Hawaii il y a de cela deux ans, et ils avaient gardés contact pendant plus ou moins un an pour finalement perdre tout contact… Et elle l’avait recroisé dans son bahut. Quelle coïncidence! En tout cas, la jeune femme était loin de l’avoir oublié et Alex conservait toujours une place immense dans sa vie. Par contre, elle n’avait pas vraiment eue la chance de renouer avec celui-ci puisqu’il passait le plus clair de son temps avec sa sœur ou avec ses amis. Et Deloah se voyait mal venir l’aborder au bahut. Bien sûr qu’elle avait été tentée d’aller à sa rencontre lors des nombreuses fois où il était avec Parker, mais elle avait toujours renoncée. Par contre, elle ne pouvait se cacher la jalousie qu’elle éprouvait envers sa sœur d’avoir Alex comme meilleur ami, ça c’est certain. Aussi, quelques fois, il venait chez elle pour passer la soirée en compagnie de sa sœur. Alors Deloah le croisait. Mais mis à part un ‘salut’, il n’y avait jamais de discussions sérieuses ou réelles. C’était plutôt un signe de politesse.

    Soit, la jeune femme regarda le jeune homme et l’inspecta des yeux. Il avait changé physiquement. Enfin, pas énormément. Mais en deux ans, évidemment, il était quelque peu différent. Il semblait différent du moins. « En tout cas, tu es toujours aussi magnifique! » Venait-elle vraiment de dire ça à voix haute? Sérieux? Sur le coup, ça avait sortit comme une évidence, mais lorsqu’elle réalisa ce qu’elle venait de dire, elle tenta évidemment de se rattraper. « Enfin, je veux dire, tu étais déjà beau donc bon, ça a pas changé de ce côté. Enfin, tu comprends. » Par contre, la rougeur sur ses joues trahie ses dires.

[Non, c'est parfait Smile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: and all i ever knew , only you...

Revenir en haut Aller en bas

and all i ever knew , only you...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SWIFTS CREEK :: SWIFTS CREEK :: Rivière-
Forum ouvert depuis le Vendredi 20 août 2010.
© COPYRIGHT.
Le forum appartient à son équipe administrative.
Forum entièrement optimisé pour Mozilla Firefox 3.6.
Swifts Creek est la propriété de ses administrateurs. Les créations, personnages et pseudos appartiennent aux membres. Nous serons intransigeants quant à la copie qui est totalement interdite et ce, dans tous les domaines possibles !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit