AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Carl John Hyde - et ses emmerdes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Invité

Invité




MessageSujet: Carl John Hyde - et ses emmerdes Ven 6 Aoû - 18:23


« carl john hyde »


(c) carl
        Je suis né le 19 aout à New-York. J’ai 40 ans et je suis l’heureux père d’une jeune femme de 17 ans. Il n’y a pas grand-chose à dire sur moi outre le fait que j’ai été un meurtrier et que j’essai d’avoir une vie normale. En espérant simplement que je n’ai pas fait de mal à qui que ce soit ici. J’aime cette ville parce qu’elle est paisible et sans soucis. !
« in your head »


Je vais commencer par mes défauts. Certainement parce c'est ce qui ressort le plus chez moi. Je suis un être horriblement impulsif. Je ne suis pas idiot, loin de là. J'ai simplement une forte tendance à agir sans prendre le temps de penser. Ce qui me fais généralement passer pour un imbécile. Je suis colérique. Vous comprendrez donc que le mélange impulsivité/colère ne fait pas bon ménage. J'ai de bons poings et je sais m'en servir. Mais rassurez vous, je suis bien meilleur tireur que combattant à mains nues ... Bref. Si je suis vieux jeu, il est tout de même simple de me faire changer d'avis sur quelque chose que je crois dure comme le fer. Ma fille est bonne pour cela. Je suis ouvert d'esprit à à l'écoute ce qui me rend certainement plus agréable. Je reste toutefois un homme méfiant qui n'a pas eu un passé facile. J'essaie de devenir un homme meilleur, pour ma fille principalement. J'ai tout de même un certain don pour m'attirer les emmerdes...

« raconte moi! »

UNE ENFANCE CLASSÉE SECRET DÉFENSE ou encore « jenenparlepas.com »

Je ne peux pas dire que j’ai eu une enfance malheureuse. Et pourtant, lorsque j’y songe ce n’est jamais en hurlant de bonheur. Il faut dire qu’une partie fut pour moi une véritable enfance parfaite. Mais que l’autre vient gâcher ce magnifique tableau de manière tragique. Vous ne vous imaginez pas à quel point. Mes parents étaient des fermiers. Mon père, John était un homme rude mais aimant. C’était mon mentor, mon modèle. Ma mère Keila était une femme douce et bonne. Un ange, c’est le seul terme qui me vient à l’esprit et surtout le plus approprié. Ma sœur s’appelait Jessika.

« Du moins, elle s’appelle toujours ainsi. Hm, je crois, tout cela pour dire qu’elle n’est pas morte mais que je ne l’ai jamais revue en personne. Elle a une famille maintenant, à ce qu’il parait. »

Nous étions une famille heureuse, ordinaire. Nous n’étions pas riches mais nous n’avions pas besoin de plus d’argent. La cupidité rend fou. Ce fut la déchéance de mon père… Je n’avais que douze ans lorsque notre vie est soudainement devenue « plus agréable » mon père ramenait davantage d’argent. Nous ne savions pas pourquoi mais il nous apportait des cadeaux alors nous ne posions pas de questions. Mais il y avait toujours ces crises avec notre mère, et comme c’était la première fois que nous devions supporter des chicanes cela n’avait rien d’agréable.

– John! Depuis quand avons-nous besoin de tout cet argent? Notre famille n’était pas assez bien comme cela?
– Tu te fais des histoires! Un homme n’est pas un homme lorsqu’il ne rapporte pas assez d’argent pour faire vivre sa famille, maintenant tout est parfait!
– Tu nous faisais très bien vivre! Et maintenant tu ne dors plus la nuit, tu n’es plus le même! Qu’est-ce qui se passe? D’où vient cet argent?
– Laisse tomber! Je fais ce qu’il y a à faire!

Voilà à quoi ressemblait les discutions entre notre mère et notre père. John ne répondait jamais lorsqu’il était question de savoir d’où provenait l’argent qu’il ramenait à la maison. La situation ne s’améliora pas, au contraire elle se dégrada totalement. Si au départ nous étions une famille heureuse, rapidement nous sommes devenus des gens nerveux. Sans savoir quoi exactement, nous nous attendions tous à une catastrophe. Et elle arriva. Un jour des gens frappèrent à la porte sans attendre de réponse. C’était le début de la fin.

PARCE QUE C’EST LOIN D’ËTRE TERMINÉ

Notre père était paralysé par la peur. Il semblait savoir mieux que nous ce qui se passait. À ce que j’ai compris, il devait de l’argent, énormément d’argent à ses messieurs depuis un moment. Les affaires n’avaient pas été bonnes et il ne pouvait pas rembourser. Ils étaient venus lui faire la peau. À lui, mais également à toute sa famille…
« Sachez que je ne suis pas mort cette journée là et que maintenant je connais parfaitement le déroulement de ce genre d’affaires. Peut-être parce que je suis devenu un tueur, je suis devenu précisément l’un de ses salopard qui ont fait la peau à ma mère et à mon père et qui ont traumatisé ma sœur, gâché mon enfance. Du moins, je ne suis certes pas aussi dégoutant, mais je suis aussi cruel j’imagine. » Ce que j’ai vu ce jour là me glace toujours le sang. J’ai vu mon père se faire assassiner devant mes yeux. J’ai vu ma mère se débattre pour nous cacher, avant de se faire elle-même tuer. Elle est parvenue à mettre ma sœur dans la remise et lui faire comprendre qu’elle ne devait pas sortir. Mais lorsqu’elle est venue pour me cacher également, elle avait voulu me mettre dans notre abri au sous-sol, vous savez, ce genre de pièce conçu contre les catastrophes? Sauf qu’elle n’a pas eu le temps de s’y rendre.

« La suite? Je ne l’ai jamais raconté à qui que ce soit vous savez. Je ne suis pas en train de chialer, ça ne me fais plus cet effet là depuis longtemps. Plus depuis que j’ai gouté au meurtre pour la première fois en tuant le salopard qui lui a infligé ça… »

Ma mère a été agrippée par l’un des hommes qui l’a frappé jusqu’à ce qu’elle se calme. J’étais également fou de rage mais un autre homme m’a maintenus et s’est arrangé pour que j’arrête de bouger. Je n’avais que douze ans, et pas la moindre chance contre la force du mastodonte. Ils m’ont forcé à regarder ma mère se faire violer. J’ai vécu là l’un des moments les plus atroces de toute ma vie. Ils l’on ensuite tuée, et m’ont jeté dans l’endroit où ma mère voulait me dissimuler. Ils ont toutefois bloqué la porte de l’extérieur.
J’ai été plongé dans la noirceur la plus totale durant plus de quatre jours. Lorsque j’ai été retrouvé, j’étais comme mort. Les médecins disent que si je suis toujours vivant maintenant c’était à cause de ma volonté de survivre. C’est ma sœur qui m’a sauvé. Elle a finit par dire qu’elle avait un frère. Sans elle, je serais mort aujourd’hui. Je n’ai jamais eu l’occasion de la remercier. Nous avons été séparés. Elle a été adoptée et moi je n’ai pas eu cette chance là.

LORSQUE LE COEUR CRI VANGEANCE

J’étais trop violent, trop agressif dans mes paroles pour qu’une famille ai envi de m’adopter. Ils ne voulaient pas me mettre avec ma sœur affirmant que mon comportement pourrait être copié par la gamine. C’était probablement vrai, de toute manière famille ou non, cela n’aurait probablement pas changé mon but. Depuis la mort des mes parent à l’âge de douze ans, je n’imaginais qu’une seule chose; faire payer ceux qui avaient tués ma mère et mon père. C’était une véritable obsession. Lorsque j’ai eu quinze ans, je me croyais assez fort et assez expérimenté pour pouvoir accomplir ma vengeance. Ce que j’ai fait. J’ai trouvé ses hommes et je suis parvenu à assassiner celui qui avait violé et tué ma mère. Je suis même parvenu à m’en sortir. Sans être tué ni arrêté. Un exploit.
Avoir vengé ma mère m’a soulagé en un sens, sauf que je me suis rapidement perdu dans la merde que je venais de créer. J’ai rencontré un homme qui m’a pris sous son aile. Robert Grimes. À l’époque il gérait un bar remplit de prostituées. Il faisait également des affaires plutôt douteuses et moi c’était là que je devais intervenir. Il me montra diverses choses que j’assimilais rapidement. Je terminais mes études, j’ai toujours appris très rapidement et j’ai effectué quelques boulots pour lui. J’ai vécu ainsi durant quelques années. Ce n’était toutefois pas l’existence que je préconisais.

TOUT EST SOUVENT À RECOMMENCER

Après quelques années à me concentrer uniquement sur mon boulot et sur mes études, j’ai rencontré une jeune femme fabuleuse. Sara Jenkins qu’elle s’appelait. Jamais personne n’aurait pu prévoir que moi et mon sale caractère l’on trouverait une femme qui saurais me supporter. Et bien pourtant je croyais l’avoir trouvée. Nous avons passé plusieurs mois de bonheur ensemble puis je l’ai demandée en mariage. Ce fut lors de notre lune de miel que j’ai arrêté d’aimer les femmes…

« Je crois que j’ai trop bu… »
– Mais non mon chéri … il faut se laisser aller.
« Tu n’es pas aussi bourrée que moi, toi… »

Non, puisqu’elle venait de me droguer. Elle me laissa m’endormir sur le lit et quitta la chambre en prenant bien soin de récupérer mon arme. Toutefois si je me suis retrouvé léthargique un bon moment, elle ne m’a pas donné la bonne dose. Je me suis redressé et je suis allé à sa rencontre. C’est une Sara étonnée que j’ai vu dans la cuisine de mon appartement…

« Qu’est-ce … que… tu fais avec… mon arme… »

Cette scène, je l’ai revue et je la revois encore. Je me souviens de l’état de faiblesse dans lequel je me trouvais. Surtout à quel point mon esprit était embrouillé. La bouteille de vin toujours à la main, j’étais perdu, tout simplement. Lorsqu’elle se retourna et qu’elle pointa mon arme vers moi, en fait, je ne compris pas encore où elle voulait en venir. Imbécile? Peut-être un peu, mais surtout drogué et amoureux… Sauf que lorsqu’elle a tiré sur moi, la dose d’adrénaline que j’ai reçue à cet instant m’a fait reprendre mes esprits.

Cette pétasse allait me tuer si je ne sauvais pas ma peau. Elle m’a tiré une deuxième fois dessus et à cet instant j’ai perdu toute la rage qui m’avait envahi voilà quelques secondes. Elle avait fait place à une terrible incertitude. Je l’aimais terriblement, pourquoi celle avec qui j’avais imaginé ma vie, mon futur, mes enfants voulait-t-elle m’assassiner? J’ai finalement apprit qu’elle n’était rien d’autre qu’une prostituée qui recevrait un montant faramineux si elle m’explosait la tronche. Qu’elle ne m’avait jamais aimé… Je l’ai frappé et elle a explosé en sanglot. S’excusant et me faisant perdre une nouvelle fois toutes mes craintes à son sujet. J’étais amoureux à un point tel que je pourrais certainement me laisser tuer par elle. Sauf que lorsqu’elle m’a tiré dessus une nouvelle fois je n’ai pas hésité. Je me mis à la frapper à la tête avec la bouteille que j’avais toujours dans les mains. Je ne suis parvenu à la frapper qu’une seule fois. Elle s’est alors jetée dans mes bras, nous projetant tous les deux par terre vu que je ne tenais plus réellement debout. Nous avons brisés certaines choses au passage, dont un large miroir en longueur.

Elle s’est de nouveau accrochée à moi en pleurnichant, disant qu’elle avait perdu la tête… Mais surtout qu’elle m’aimait. Je ne savais plus que croire, au fond, peut-être qu’elle avait été droguée aussi. Un raisonnement stupide, mais s’avouer que la personne que l’on aime le plus au monde est en fait une toute autre personne et qu’elle ne vous aime pas est particulièrement difficile…Alors que je cédais une nouvelle fois et qu’il n’y avait plus de balle dans son arme (ça je l’ignorais toutefois) Elle a mit la main sur un bout du miroir et elle s’est mise à me lacérer le dos… Cette fois, ma bouteille de vin s’est abattu sur elle à tellement de reprises que plus personne ne pouvait douter de sa mort… Je l’ai tenue contre moi, morte et ensanglantée durant des heures… moi-même au bord de la mort jusqu’à ce que mon associé me retrouve ainsi; Sur le sol, figé et avec Sara dans les bras. Morte. Belle et bien morte.

UNE NOUVELLE VIE QUI COMMENCE

Les semaines suivant la mort de Sara furent horribles pour tout le monde, moi compris. Les femmes du bar me répugnaient et je laissais libre court à ma colère sur elles. J’étais dans un tel état de fureur que j’en étais fortement méprisable. Je suis violent et détestable. Impulsif et furieux. J’avais eu des projets qui s’étaient vu détruit sous mes yeux. J’avais dû assassiner la femme que j’aimais. Mon associé m’a conseillé de me faire silencieux durant quelques temps. En d’autre terme il me conseillait vivement de me trouver une nouvelle occupation. Il savait et je savais pertinemment que cette situation ne pouvait pas continuer ainsi. Malgré ma colère je n’avais pas particulièrement envi de commettre des meurtres inutiles. Quitter New-York? C’était la meilleure solution. J’ai tout laissé; derrière moi et j’ai voyagé. J’ai fais des rencontres, j’ai appris de nombreuses choses. Quelques années plus tard, une femme me contacta, m’apprenant qu’elle était tombée enceinte de moi. Un coup d’un soir qui avait visiblement mal tourné. C’était une véritable idiote et sincèrement, malgré la peur j’étais heureux de sortir cette enfant là, qu’elle soit de moi ou pas. Après quelques tests il s’avéra qu’elle était réellement ma fille. Nous sommes vite devenus les meilleurs amis du monde. Nous avons découvert Swift Creek, ayant envi d’une petite existence tranquille, je me suis dis que c’était un bel endroit à découvrir.

« répond à mes questions ! »

●● Faite vous les gestes qui sauveront la planète dans votre vie ? C’est ma fille qui m’y force, mais je comprend le geste et ce n’est pas difficile de s’y convertir.
●● Cigarettes, substances illicites, alcool, etc. En consommez-vous ? Cigarettes, mais je ne fume pas beaucoup, seulement lorsque je suis nerveux.
●● T'as jamais rêvé d'avoir un super pouvoir ? Lequel ? Non, je n’ai jamais songé à cela.
●● Qu'est ce que tu préfères manger ? Les pâtes.
●● Quand tu étais enfant c'était quoi ton dessin animé préféré ? Je ne crois pas m’en souvenir. Je me souviens que ma sœur regardait un truc avec un chien qui venait en aide à tout le monde.
●● La honte de ta vie, c'était quand ? D’avoir aimé une femme alors qu’elle ne partageait pas ce sentiment
●● Le plus beau jour de ta vie ? La rencontre de ma fille
●● Votre plus mauvais souvenir ? La mort de mes parents.
●● Et si tu étais un animal ? Un chien j’imagine.
●● Si vous pouviez changer une chose, ça serait quoi ? Elles sont trop nombreuses, j’imagine que je n’aurais pas commis mon premier meurtre.
●● Ou est ce que tu aimerais vivre ? Je suis bien là où je suis.
●● Ton style de musique préféré ? Classique. Oui je suis vieux jeu.
●● T'es plutôt ciné ou télé ? Télé, mais je préfère lire.

« qui est ce ? »
●● Pseudo : Carl
●● Prénom : Kate
●● Âge : 19 ans
●● Que penses-tu du forum ? Je l’adore hein x)
●● Comment as-tu atterri ici ? PRD
●● Personnage : Personnage inventé.
●● Avatar : Russell Crowe
●● Groupe : Autres
●● Fréquence de connexion : 6/7
●● Multicomptes : Non, pas encore
●● Le mot de passe pour faire partit de la vie à Swifts Creek ? Code correcte par Lou.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Carl John Hyde - et ses emmerdes Ven 20 Aoû - 22:13

Je crois que c'est complet x)
Je serai au moins votre premier membre *SBAFF Wink
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lou Rose Appleby

FONDATEUR ♣ Sex on fire !



Prénom : Florian
Messages : 1255
Date d'inscription : 12/06/2010
Age : 25
Crédits : avatar : sugarfall ; signature : ♦pepperpot

H I D D E N . B O X
◊ Âge: 19 ans
◊ Love me or hate me:
◊ Topics: open

MessageSujet: Re: Carl John Hyde - et ses emmerdes Ven 20 Aoû - 22:35

    Whaou ... Je m'apprête à validé notre première membre 0079
    C'est un très grand honneur 0010
    Tout est correcte et ta fiche est sensationnelle, je te valide donc 0009
    Amuse toi bien parmi nous et si ta des questions hésite pas (;

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Carl John Hyde - et ses emmerdes Ven 20 Aoû - 22:37

Merciii x)
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Lou Rose Appleby

FONDATEUR ♣ Sex on fire !



Prénom : Florian
Messages : 1255
Date d'inscription : 12/06/2010
Age : 25
Crédits : avatar : sugarfall ; signature : ♦pepperpot

H I D D E N . B O X
◊ Âge: 19 ans
◊ Love me or hate me:
◊ Topics: open

MessageSujet: Re: Carl John Hyde - et ses emmerdes Ven 20 Aoû - 22:39

De rien I love you

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Callum Z. Hurley

MAD'ADMIN ♠ don't trust me



Messages : 258
Date d'inscription : 26/06/2010


MessageSujet: Re: Carl John Hyde - et ses emmerdes Ven 20 Aoû - 22:40

    Je te souhaite la bienvenue parmi nous, même si t'étais déjà là, je te l'ai jamais souhaité je crois oO"

    Amuse toi bien parmi nous en tout cas ! 0081
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé






MessageSujet: Re: Carl John Hyde - et ses emmerdes

Revenir en haut Aller en bas

Carl John Hyde - et ses emmerdes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SWIFTS CREEK :: HERE WE START :: This is me :: Goodbye-
Forum ouvert depuis le Vendredi 20 août 2010.
© COPYRIGHT.
Le forum appartient à son équipe administrative.
Forum entièrement optimisé pour Mozilla Firefox 3.6.
Swifts Creek est la propriété de ses administrateurs. Les créations, personnages et pseudos appartiennent aux membres. Nous serons intransigeants quant à la copie qui est totalement interdite et ce, dans tous les domaines possibles !
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit